par dans la catégorie Actualités.

Selon le Worldcom Confidence Index 2019, les dirigeants français sont parmi les plus optimistes du monde !

The Worldcom Public Relations Group annonce ce jour les résultats du Worldcom Confidence Index 2019 en France. Cette étude analyse au moyen de l’intelligence artificielle les conversations en ligne de plus de 58 000 leaders du monde entier, dont 1 091 dirigeants français.

Les résultats du Worldcom Confidence Index 2019 à l’échelle mondiale, sont sans équivoque : le niveau de confiance des dirigeants implose et n’a jamais été aussi bas. Il enregistre en effet une baisse de 21% par rapport à 2018, allant jusqu’à -51% aux Etats-Unis ! Le Japon, premier pays le plus confiant, fait figure d'exception au plan international avec une augmentation du niveau de confiance de ses dirigeants de 41%.

Dans ce contexte, la France qui se classe au 2ème rang européen des dirigeants les plus confiants, se démarque clairement avec une augmentation de 5% du niveau de confiance de ses dirigeants, l’Allemagne et l’Italie (1er ex-aequo) affichant tous deux une forte diminution de leur indice de confiance entre 2018 et 2019.

Les ressources humaines dominent l’agenda des dirigeants français

Si la cybercriminalité et les migrations économiques sont respectivement en 2ème et 6ème positions des sujets les plus discutés par les dirigeants français, les ressources humaines constituent un sujet d’intérêt majeur pour eux. 5 des 10 sujets les plus discutés s’y rapportent directement.

« Dans un contexte où la grande majorité des entreprises est engagée dans des projets de transformation, l’attention accordée aux ressources humaines est une très bonne nouvelle », commente Cyrille Arcamone, Associé-Fondateur de l’agence Maarc, l’une des deux agences membres de Worldcom PR Group en France. « Accompagner le changement demande de l’expliciter et de parler vrai, de créer l’adhésion sur une vision partagée et transparente de l’avenir, sur le long terme et non par à-coups. Ces défis constituent autant de formidables champs de progrès pour les marques employeurs et leurs leaders. Reste souvent à faire sortir ces enjeux cruciaux du formalisme et des seules salles de réunion avec les partenaires sociaux. », poursuit-il. 

Fréquence des discussions

Niveau de confiance

 

#1

---

Le renforcement des compétences et la mobilité professionnelle des collaborateurs constituent la thématique la plus fréquemment discutée. Pour autant, les dirigeants français doutent de leur capacité à répondre à ces enjeux spécifiques (2ème sujet le plus bas), plaçant la France comme le pays européen le moins confiant à ce sujet.

#3

+++

Les dirigeants français sont les plus confiants au monde dans à leur capacité à faire des éléments constitutifs de la rémunération des facteurs-clés du succès des organisations.

#4

++

La rétention des talents, 4ème sujet de conversation des dirigeants français, est aussi celui pour lequel ils sont, tous sujets confondus, les plus confiants. La France est ainsi le 4ème pays dont les dirigeants sont les plus confiants quant à leur capacité à retenir leurs collaborateurs, derrière le Japon, l’Allemagne et l’Italie. 

#5

-

En revanche, les dirigeants français sont plus pessimistes quant à leur capacité à engager leurs collaborateurs vers une plus grande productivité. La France est en effet le 4ème pays le moins confiant sur le sujet, devant le Brésil, les Etats-Unis et le Mexique, et largement derrière le Japon, l’Allemagne et la Chine.

#9

+

L’attraction des talents – qui s’illustre notamment par l’attention croissante des professionnels pour la marque-employeur – est synonyme de confiance pour les dirigeants français. Leur niveau de confiance sur ce sujet est supérieur à la moyenne des 14 pays du classement.

Sur le podium des cibles d’intérêt des dirigeants français : consommateurs et influenceurs

Si les consommateurs constituent la 1ère cible d’intérêt des dirigeants français, ils sont peu confiants quant à leur capacité à les atteindre efficacement.

Confirmant la tendance, les dirigeants – au-delà des seules sphères marketing et communication – considèrent désormais les influenceurs comme des parties prenantes-clés : ces publics sont en 2ème position en France, en 1ère à l’international. A noter, les dirigeants français sont bien plus confiants que leurs homologues étrangers quant à leur capacité à travailler avec eux.

« On constate toutefois au quotidien un équilibrage des budgets consacrés à l’influence », estime Caroline Prince, Directrice Opérationnelle de l’agence Yucatan, l’autre agence française du réseau Worldcom PR Group. « Ainsi, les relations publics gagnent à nouveau du terrain face aux influenceurs digitaux (blogueurs, réseaux sociaux). Ce rééquilibrage s’opère également au profit du paid plus traditionnel, en particulier sur le canal Internet, dans le cadre de campagnes destinées notamment à porter les valeurs et les engagements des entreprises », conclut-elle.

Les dirigeants français ont confiance dans le système médiatique, mais font preuve de pessimisme quant à la réputation des entreprises et à leur capacité à gérer une crise

L’impact et le rôle des médias constituent une thématique particulièrement discutée par les dirigeants du monde entier. S’il s’agit de leur 1er sujet de conversation sur le plan mondial, c’est le 4ème pour les dirigeants français. La preuve d’une confiance plus importante dans le système médiatique au sein de l’Hexagone ? A l’heure où la défiance des Français à l’égard des médias n’a jamais été aussi grande, les dirigeants français, eux, semblent plutôt optimistes. Ils sont en effet au 3ème rang mondial des dirigeants les plus confiants sur le sujet, derrière le Portugal et le Japon, avec un indice de confiance deux fois supérieur à celui du Brésil !

Pour autant, si, en France, les dirigeants semblent avoir foi dans leur système médiatique, ils sont moins optimistes sur les questions de réputation et d’image – dans lesquelles les médias jouent pourtant un rôle primordial. L’indice de confiance en France sur la réputation et l’image de marque se situe en effet dans la moyenne des autres pays. Et la situation ne s’améliore guère lorsqu’ils abordent la possibilité d’une crise. Les dirigeants français ont en effet un indice de confiance inférieur à la moyenne mondiale quant à leur capacité à protéger leur réputation en cas de crise. Les pays anglosaxons – Royaume-Uni, Canada et Australie – sont les plus confiants en la matière.

 « Ce pessimisme sur les questions de réputation et d’image peut se comprendre. Les parties prenantes poussent les entreprises à s’engager et à agir. Puis elles analysent sans complaisance les engagements pris, les valorisant à la hauteur des seuls résultats, rarement à celle des efforts effectivement fournis », commente Caroline Marchetti, Associée Fondatrice de l’agence Maarc. « La clé réside dans le long terme et l'authenticité. Montrer de la sincérité dans ses engagements, faire preuve de transparence sur ses contraintes, ses combats et ses progrès, bref se fixer l’objectif de faire de ses consommateurs des alliés constitue aujourd’hui le véritable facteur-clé de succès en cas de crise ! »

Pour aller plus loin…

  • Les principaux enseignements de l’étude à l’échelle mondiale sont résumés dans cette vidéo
  • Les rapports détaillés du Worldcom Confidence Index 2019 France sont disponibles ici.

Méthodologie de l’étude

Le Worldcom Confidence Index 2019 est la seconde édition d’une étude annuelle menée par le Worldcom Public Relations Group. Cette étude analyse par intelligence artificielle les conversations en ligne de plus de 58 000 leaders du monde entier dont 1 091 dirigeants français. Au-delà d’un indice de confiance global, cette étude a permis de déterminer d’une part la liste hiérarchisée de leurs sujets d’intérêt et de leur niveau de confiance pour répondre aux enjeux associés, et d’autre part leurs parties prenantes prioritaires et leur niveau de confiance quant à leur capacité à les atteindre.

L’étude a pu être menée à échelle mondiale grâce à une méthodologie basée sur l’intelligence artificielle développée par la firme canadienne Advanced Symbolics Inc (ASI) . Contrairement aux sondages traditionnels, ASI passe au crible les médias sociaux pour saisir les évolutions de l’opinion sans avoir à poser de questions directes. Ainsi, un échantillon représentatif de plus de 58 000 dirigeants internationaux a d’abord été constitué en utilisant la méthode du Conditional Independence Coupling. L’intelligence artificielle a ensuite examiné les activités publiques en ligne de chaque individu identifié, dans 9 langues.

A propos de l’agence Maarc,

Fondée en 2013 par Caroline Marchetti et Cyrille Arcamone, Maarc apporte un soutien expert et sur-mesure à la croisée de la communication institutionnelle, de la communication de crise, de l’accompagnement du changement, des affaires publiques et de la veille stratégique.

Maarc accompagne les entreprises, associations et institutions publiques qui anticipent ou traversent un temps fort de leur existence : intervention du législateur et changement réglementaire, modification significative de l’environnement, situation de crise, mise en cause médiatique, fusion-acquisition ou restructurations.

Basée à Paris, l’agence Maarc est constituée d’une équipe de 20 consultants spécialisés dans la gestion de la réputation et les relations publics. Maarc compte aujourd’hui un portefeuille d’une soixantaine de clients actifs dans les secteurs de l’agroalimentaire, de la santé, de la beauté, de l’hôtellerie et de l’industrie.

 

A propos de Yucatan

 

Fondée en 1994, Yucatan est une Agence Conseil - Corporate, BtoB et BtoC - en Relations Publics et Communication.

Ses principaux départementsont pour mission de développer la notoriété et la réputation d'une marque, d'une entreprise ou d'une institution. Son offre s’étend du conseil stratégique aux relations avec les différents publics (media, investisseurs, partenaires institutionnels et privés, relais d’opinion). Yucatan accompagne des organisations aux profils variés, de la start-up au groupe international, dans tous les domaines de la communication. Basée à Paris, Yucatan est membre du Worldcom Public Relations Group et du Syndicat du Conseil en Relations Publics. Depuis début 2019, la société appartient à 50/50% au Groupe Point S et au Groupe Franco American (événements, tourisme d’affaire, voyages de presse, production audiovisuelle et conciergerie de luxe). www.yucatan.fr

 

A propos de Worldcom Public Relations Group

Le Worldcom Public Relations Group est le principal réseau regroupant des agences de relations publics indépendantes, avec 143 bureaux employant près de 2 000 personnes dans 115 villes sur six continents. Au total, les partenaires de Worldcom ont déclaré des revenus combinés de 288 millions USD en 2017.Fondé en 1988, le groupe a été créé pour que les entreprises indépendantes les plus puissantes et les plus compétentes puissent répondre efficacement grâce à une utilisation intelligente des outils de communications, partout dans le monde où un client a besoin de soutien. Les partenaires servent des clients nationaux, internationaux et multinationaux, tout en conservant la flexibilité et la relation clients inhérents aux agences indépendantes. Grâce à Worldcom, les clients ont accès à la demande à une expertise approfondie en matière de communication auprès de professionnels qui comprennent la langue, la culture et les coutumes des zones géographiques dans lesquelles ils exercent leurs activités.

www.worldcomgroup.com

Catégories